Partager :  |   | 

Programme Inde

- Manas - Casquettes rouges

Situation géographique

Parc national de Manas dans la région d’Assam, 950 km², 77 villages au sud du parc.

Groupes cibles

Fermiers vivants aux abords du parc, groupes de femmes et écoles secondaires.

Espèces concernées

Éléphant d’Asie, rhinocéros unicorne, tigre du Bengale

Partenaire local

Aaranyak

Les objectifs

Un éléphant d’Asie dans le parc national de Kaziranga en Assam, en Inde

Réduire le nombre de propriétés endommagées par les éléphants.

Les conflits avec les éléphants sont fréquents dans la région

Réduire le nombre et la sévérité des pertes de cultures dues à la faune sauvage.

Des villageois sont au travail dans un champ de riz

Stopper les accidents mortels causés par les éléphants.

Il arrive que les représentants des communautés aillent dans le parc national de Manas couper de l’herbe d’une manière illégale

Réduire la pression humaine sur le parc national de Manas.

Quelques étapes du programme

Décembre 2008

Création du programme

Signature du contrat de partenariat avec Aaranyak

Mars 2011

Réalisation d’un film pédagogique

Sujet : les conflits hommes-animaux, présentés dans nombreuses classes

Août 2015

Expansion de notre programme de garde

72 tours de garde sont opérationnelles durant la saison des cultures

Contexte

Le parc national de Manas accueille une incroyable biodiversité. En 1968, un groupe local d’insurgés bodos a entamé une lutte armée pour la création d’un État indépendant. Les 15 années de conflits qui ont suivi ont très sérieusement affaibli l’écosystème, comme les communautés locales. Depuis, des accords en faveur de la conservation ont été signés mais la région reste instable. Par ailleurs, les villageois, très pauvres, souffrent particulièrement des dégâts occasionnés par la faune sauvage et n’ont d’autres choix que d’utiliser les ressources naturelles.

Une meilleure cohabitation avec la faune sauvage

Depuis 2009, nous cherchons à améliorer la cohabitation entre les populations locales et les animaux, notamment près des zones habitées qui sont fréquemment envahies par les éléphants. Ainsi, nous mettons en place des systèmes de surveillance communautaires et proposons aux villageois des solutions leur permettant de diminuer les attaques. Nous développons aussi des alternatives à l’utilisation de la forêt, notamment grâce à la mise en place de micro-programmes de développement économique. Enfin, nous menons des campagnes de sensibilisation et encourageons les participants à agir pour la préservation de la biodiversité dans leur communauté.

Nos dernières actions sur le terrain

  • Renforcement des systèmes de surveillance communautaire, construction de tours de guet et entretien des 54 installations entourant l’un des périmètres à risques, entre le parc et les cultures ;

  • Développement de cultures non attractives pour les éléphants telles que le citron, la menthe et le piment et formation à ces pratiques de deux Casquettes rouges et sept agriculteurs, qui ont ensuite transmis leur savoir à 34 autres agriculteurs ;

  • Initiation de micro-programmes de développement économique basés sur la culture de champignons, le tissage et l’élevage afin de réduire la dépendance aux ressources forestières ;

  • Actions pédagogiques et échanges avec les communautés locales pour limiter le pâturage illégal, menace majeure pour l’habitat des éléphants, des rhinocéros et des tigres au sein du parc ;

  • Organisation d’ateliers pour la mise en place et l’entretien des tours de guet ;

  • Distribution de lampes torches solaires, couvertures et moustiquaires, utilisées par les fermiers lors de leurs patrouilles ;

  • Sensibilisation de 650 écoliers et membres des communautés locales et formation de trois jours proposée aux instituteurs de la région pour qu’ils deviennent eux-mêmes porte-parole des enjeux de résolution des conflits avec la faune et de protection de la biodiversité.

Plus d’actions

FAIRE UN DON