Partager :  |   | 

Programme Zambie

- Sud Luangwa - Casquettes rouges

Situation géographique

Zone de gestion de la faune de Lupande, à l’est du parc national de Sud Luangwa.

Groupes cibles

Groupes de fermiers, enseignants du secondaire, villageois.

Espèces concernées

Éléphants (Loxodonta africana), prédateurs…

Partenaire local

South Luangwa Conservation Society

Les objectifs

L’une de nos Casquettes rouges effectue une enquête après la destruction partielle d’un abri à grains traditionnel par un éléphant

Réduire la destruction des biens par les éléphants.

Notre équipe des Casquettes rouges en Zambie avec l’un de nos propulseurs à piment qui permettent de tenir les éléphants à distance

Développer les mesures de limitation des conflits.

Nous réalisons en enquête détaillée à l’issu de chaque conflit avec la faune sauvage. Des informations que nous entrons ensuite dans une base de donnée

Réduire les représailles à l’égard des animaux.

Les barrières à piment sont des mesures efficaces contre les éléphants qui n’aime pas son odeur

Améliorer la tolérance des fermiers et des villageois envers la faune sauvage.

Quelques étapes du programme

Juillet 2008

Création du programme

Signature du contrat de partenariat avec SLCS

Septembre 2011

Recherche sur les cultures alternatives

Quatre différentes plantes étaient testées pour leur niveau d’attraction par les éléphants.

Juillet 2014

Poursuite des enquêtes conflits

Depuis le début du programme, 1500 enquêtes conflits hommes-animaux ont été réalisées

Contexte

En 2014, plus de 40 éléphants furent braconnés dans cette région, et le trafic d’ivoire a atteint notre zone d’opérations dans la vallée de Lupande. L’augmentation des incidents de braconnage peut s’expliquer en partie par la forte demande de produits issus de la faune sauvage, le peu d’application des lois et la hausse démographique humaine en périphérie du parc national ainsi qu’une organisation criminelle structurée. Dans cette zone où les cultures sont souvent endommagées par les éléphants, les pachydermes ont plus que jamais besoin du soutien des populations locales.

De nombreuses mesures pour limiter les conflits

Depuis 2008, nous travaillons à l’amélioration de la cohabitation entre les hommes et les animaux dans cette zone. Nous développons notamment des cultures de plantes qui n’attirent pas les éléphants, également sources de revenus pour les populations locales. En parallèle, nous leur proposons des solutions pour se protéger de la faune sauvage et pour s’organiser en groupe. Ainsi, l’utilisation de « propulseurs à piment » par exemple prouve son efficacité pour repousser les éléphants, sans leur nuire, et permet de limiter les représailles. Enfin, des campagnes pédagogiques permettent d’augmenter la tolérance des villageois envers la faune.

Nos dernières actions sur le terrain

  • Création de la première zone pilote libre de conflits hommes-animaux en collaboration par une centaine de cultivateurs locaux, et mise en place de 14 tours de guet pour limiter le pillages de cultures ;

  • Protection des cultures grâce aux « propulseurs à piment », des outils permettant de projeter du piment liquide sur les éléphants pour les chasser sans les blesser ;

  • Développement des cultures alternatives n’attirant pas les éléphants ;

  • Mise à jour et distribution de nos livrets pédagogiques sur la réduction des conflits hommes-animaux, et les abris à grains renforcés ;

  • Construction de 72 greniers à grains renforcés, pour la protection des récoltes ;

  • Création de notre label « Favorable aux éléphants » et mise en vente des produits (curcuma, piment, citronnelle) dans les lodges de la région ;

  • Fabrication de briques de piment combustibles utilisées pour éloigner les éléphants et formation à cette technique ;

  • Collecte des informations sur les accidents liés à la faune sauvage dans notre base de donnés.

Plus d’actions

Ensemble colaborons pour la cohabitation entre les hommes et les animaux.
Faire un don
FAIRE UN DON